English | Nederlands

 |  accueil |  cours |  à propos  contact  | 

 

Hommage à Nicolas Gilbert, fournisseur royal impérial

 

L'Ecole des Malletiers Nicolas Gilbert, basée en Belgique, rend hommage à ce malletier bruxellois, fournisseur du Roi Charles Quint, empereur romain germanique qui résidait à Bruxelles au 16e siècle. La cité-capitale dénombrait encore d'autres malletiers et coffretiers attitrés de l'illustre monarque : Lampsens, Van Nevele, Roberts, Van Rossem, De Hofstadt Boel, Van Grimbergen...

 

Le blason de Charles Quint, 

avec le grand collier de la Toison d'Or. 

 

A titre d'exemple, en 1529-1530 les ateliers de Nicolas Gilbert et Augustin De Hofstadt Boel réalisèrent plus de 70 articles de voyage pour l'empereur, dont 50 malles en cuir destinées au transport de tapisseries. Lors de voyages les tapis étaient posés dans les champs où les nobles et membres de la cour impériale prirent leurs repas, de nos jours nous dirions des pique-niques, mais d'un très grand luxe certes. 

 

                 Le 21ème siècle, et EdM, la nouvelle école des malletiers

 

Pour Jean-Pierre Bal, le fondateur de l'Ecole des Malletiers (EdM) contemporaine, la décennie 1530 est très intéressante, et entrelacée de coïncidences surprenantes. Pour n'en citer qu'une, à la même époque apparurent le fourneau et la forge qui se trouvent à l'emplacement de l'atelier principal de l'école. "Dans le sol du petit parc Campus EdM se trouvent encore enfouis d'innombrables scories et résidus de fonte de ce très ancien fourneau. Un jour j'en utiliserai des éclats pour un chef d'oeuvre d'artisanat d'art malletier".

 

 

 

C'est dans les années 2000 qu'il redonna vie, en Belgique, au métier de malletier, comprenez : l'artisan(e) façonnant des malles de voyage. Cet artisanat avait disparu du territoire belge soixante ans auparavant. Au fil des ans il a investi des milliers d'heures dans la recherche bibliographique et pratique, et dans la maîtrise des techniques malletières. Monsieur Bal a par ailleurs  reconstitué l'histoire et l'évolution des principaux malletiers de Bruxelles au 19e siècle et début 20e, et ce tout en créant sa fabuleuse collection de malles belges formant un ensemble muséal unique au monde. 

 

Véritable patrimoine vivant, l'Ecole des Malletiers, devint réalité en 2018, Année Européenne du Patrimoine Culturel. En somme, après que M. Bal eut glané sa précieuse documentation du métier, en Europe et sur d'autres continents, c'est le petit Conservatoire BELMAL créé par lui dix ans auparavant, et déjà issu de son travail assidu, qui devint l'actuelle école supérieure des malletiers EdM, à envergure internationale, tout en étant basée à Durbuy - Manhay. 

 

Et une école des malletiers en France...

 

Si le nom de l'école comporte le pluriel "des" c'est tout simplement parce qu'il y a encore un autre hommage malletier historique, français quant à lui. Continuant de bâtir sur son concept initial binational, Mr. Bal projette l'ouverture en 2021 de l'établissement consoeur : l'Ecole des Malletiers Jean Paré, un contemporain de Nicolas Gilbert. Jean Paré, frère d'Ambroise, était établi à Paris, rue de la Huchette (à proximité de la cathédrale Notre Dame). Une phase recherche historique "Paré", eut lieu de 2017 à 2019 au départ de Laval (Bourg Hersent, lieu de naissance des Paré) et de Paris, sous l'égide de OGISPES, l'association éducationnelle belgo-française sans but lucratif, basée à Charleville-Mézières, et à Liège.  >> plus, site France

 

 

 |  accueil |  cours |  à propos  contact  | 

 

 

© copyright 2021, OGISPES pour Ecole des Malletiers Nicolas Gilbert de Belgique et projet Jean Paré  France, précédemment Conservatoire BELMAL et ITES Institut d'Histoire des Bagages et Equipements de Voyage. Tous droits réservés. La reproduction du site est interdite | Update : 2021-04-11